PortraitUne institution sociale du second œuvre

La sollicitation physique importante des travailleurs du second œuvre nécessite des réponses appropriées. C’est afin de permettre au personnel de chantier et d'atelier de prendre une retraite anticipée financièrement supportable qu’une Convention collective pour la retraite anticipée du second œuvre romand (CCRA) a été conclue le 2 juin 2003.
 
Pour concrétiser cet accord, les partenaires sociaux ont créé une institution sociale nouvelle : la Fondation RESOR (Caisse de retraite anticipée du second œuvre romand). Travaillant en étroite collaboration avec les différents intervenants du secteur, la Fondation a grandi rapidement et sainement ces dernières années.

Une action responsable

Une transparence revendiquée et la volonté de fournir les meilleures prestations possibles pour un niveau de cotisation modéré, sont à la base de l’action de la Fondation RESOR. Une politique de placement raisonnée et pertinente est, malgré la crise, récompensée par une situation financière saine.

La Fondation RESOR est consciente de sa responsabilité et de son rôle social important. C’est pourquoi sa gestion des risques et les principes qui président à son action se veulent irréprochables. Si la naissance et l’évolution de la Fondation ont tout d’une « success story », nous souhaitons que ce sentiment de confiance et que cette croissance raisonnée s’inscrivent dans le long terme.